"Visages d’une vie" par Jean Bourdier

Editions Dualpha 291 pages

Ce livre, d’une lecture agréable, rassemble les souvenirs de l’auteur sur trente-sept personnages qu’il a rencontrés, et qui furent, presque tous, assez pittoresques. Quel est leur trait distinctif ? A l’exception de quelques-uns (Gaston Bonheur ou le barman Francis), ce furent des gens qui eurent du mal à s’intégrer au monde contemporain et qui pour la plupart en tirèrent gloire, se persuadant qu’ils étaient des personnages hors-normes : phénomène qui aurait intéressé Descartes et les classiques, pour qui refuser de « jouer le jeu » était un manque de sagesse.

Certes, cela n’ôte rien d’ailleurs à leur talent, quand ils en avaient : on peut admirer Ingres et Van Gogh en constatant que leur génie ne doit rien aux succès académiques du premier ni à la demi démence du second. La concierge satisfaite d’être marginale doit donc être liée à un certain état de la civilisation (à l’époque classique, on l’aurait considérée plutôt avec de l’indulgence). Mais M. Jean Bourdier ne se livre à aucune analyse psychologique car il a trop de sympathie pour ses modèles ; il ne s’intéresse pas à leurs motivations profondes. C’est la faiblesse de son livre au demeurant lui-même fort agréable.

Jean José Marchand

 

Accueil - Journal de lecture - mentions légales - contact